"L'entreprise citoyenne" au prisme des analyses Quanti et Quali

La notion tendance d'”entreprise citoyenne” vient d'être étudiée très sérieusement par un collectif de chercheurs qui met en évidence, non seulement les contours de sa perception complexe, mais surtout l'intérêt de combiner deux approches qui ont longtemps été opposées : le qualitatif et le quantitatif. Spontanéité, diversité et créativité du qualitatif. Mesurabilité, volume et rigueur du quantitatif. Une association intelligente et très porteuse...

Une méthode de recherche mixte

C'est à l'occasion du colloque de recherche « Entreprise citoyenne : entre la théorie et la pratique », organisé le 3 mars 2012 à Sfax (Tunisie) par l’Université de Sfax et l’association « Action Citoyenne : entreprise, dialogue et développement », en collaboration avec le technopôle de Sfax et l’Institut des Hautes Études Commerciales de Sfax, qu'ont été présentés les résultats de cette enquête. Une enquête menée sur la perception comparative de l’entreprise citoyenne en France et en Tunisie par des chercheurs de l’Université de Savoie (Jean Moscarola, Younes Boughzala) et de l’École Supérieure de Commerce de Tunis (Ola Bayarassou), avec le soutien technique de la société Le Sphinx Développement.

Pour bien comprendre et explorer la notion d’entreprise citoyenne, ces derniers ont recouru notamment à la méthode du mur d’images qui permet de collecter à la fois des données qualitatives et quantitatives. Cette méthode de « recherche mixte » consiste, en introduction du questionnaire proprement dit, à solliciter le répondant sur ses impressions spontanées face à un mur d’images exprimant différents axes du thème étudié par l'enquête. Une interpellation liminaire que nous vous avons présenté dans le premier numéro de cette Newsletter.

Pour visualiser le questionnaire :

http://www.sphinxonline.net/IregeSI/entreprisecitoyenne/questionnaire.htm

Des apports dans le contenu et dans la méthode

Cette enquête s’est soldée par des résultats très enrichissants. Sur le plan scientifique, elle a permis d'explorer la perception de l’entreprise citoyenne et de comparer de ce point de vue les caractéristiques des répondants français avec celles des répondants tunisiens. Au tableau des résultats clé, trois attitudes se dégagent à l'égard de l'entreprise citoyenne : les « critiques », les « idéalistes » et les « raisonnables ». Pour un répondant sur cinq, l'entreprise citoyenne demeure un mythe alors que pour plus d'un tiers, elle est vue comme une réalité. Ses marqueurs  majeurs sont les suivants : l'environnement, le développement des salariés, les conditions de travail et l'insertion des handicapés. Également, elle est mieux perçue par les répondants tunisiens que par les répondants français. Enfin, le genre et les valeurs individuelles influent sur sa perception, puisque les femmes et les tolérants en sont les meilleurs supporters.

Sur le plan méthodologique, l'étude a mis en évidence que la combinaison des approches quantitatives et qualitatives pour la collecte des données conduit à des analyses statistiques plus complètes rapportant des données des deux types. Ainsi, en plus des analyses descriptives, il est possible de mettre en place des classifications hiérarchiques ascendantes et des analyses factorielles, qui restituent les différentes classes des répondants en leur associant les images choisies ainsi que les mots les plus utilisés ou le verbatim le plus spécifique.

Des résultats que vous pouvez consulter ici :

http://www.sphinxonline.net/IregeSI/entreprisecitoyenne/report.htm

>>> Plus d'informations sur www.lesphinx.eu

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>