Le Sphinx

17 décembre 2019

Blog

#Prix

#Thèse

#2019

#Sphinx

#Méthodologie

Comme chaque année, la société Le Sphinx récompense deux thèses jugées remarquables, notamment sur le plan méthodologique. Sous la direction de Pr. Jean Moscarola, la procédure de sélection s’est déroulée en deux étapes en sollicitant un jury de 15 enseignants-chercheurs d’institutions françaises et étrangères.

Au total, nous avons reçu 15 dossiers de candidature : 6 thèses en Marketing, 3 thèses en Stratégie, 2 thèses en SI, 2 thèses en GRH, 1 thèse en Finance et 1 thèse en sciences de l’éducation. Ces candidatures proviennent d’universités françaises (13), dont une réalisée en cotutelle avec l’Université Cheikh Anta Diop De Dakar, et étrangères (2).

Les Universités françaises : Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (1), Université Paris-Dauphine (1), Université Paris Saclay (1), Université de Toulouse (1), Université de Lyon III Jean Moulin (4), Université de Grenoble-Alpes (1), Université de Montpellier (1), Université De Reims Champagne-Ardenne (1), Université de Lille (1) et l’Université Aix-Marseille (1). Les Universités étrangères sont : l’Ecole des Hautes Etudes Commerciales d’Alger (EHEC Alger) (1) et la Faculté Des Sciences Juridiques Economiques et Sociales SOUISSI – Rabat (1).

Après examen des différentes évaluations envoyées par les membres de jury, le président de jury a décerné le 17 décembre 2019 le premier prix de Thèse Sphinx de 1000 euros à Mathieu BEAL pour sa thèse intitulée « La contribution de la propriété légale des clients aux comportements d’engagement », réalisée à l’Université Jean Moulin Lyon 3 sous la direction de professeur William SABADIE.

Le travail de recherche de M. Béal touche à un sujet d’actualité en marketing relationnel, à savoir le comportement d’engagement des clients et la manière de le renforcer dans les entreprises. Sur le plan théorique et à travers une récente bibliographie mobilisée, le candidat a développé les principales composantes comportementales de l’engagement des clients pour la rentabilité globale de l’entreprise : la Customer Lifetime Value (CLV), la Customer Influencer Value (CIV), la Customer Referral Value (CRV) et la Customer Knowledge Value (CKV). Par ailleurs, M. Béal a démontré que les propriété légale et psychologique sont des stratégies d’engagements des clients. Ces dernières étant intrinsèquement liées avec des conséquences sur la satisfaction globale pour les clients et sur le renforcement de la rentabilité de la stratégie de la relation client pour le manager.

Sur le plan méthodologique, ce travail de recherche a été mené avec deux études quantitatives avec respectivement deux échantillons conséquents de 26 871 et 295 clients de banques françaises. Pour ce faire, le candidat a réalisé plusieurs types d’analyses (Score NPS et modélisation par équations structurelles). Les résultats prouvent, dans un premier temps, l’influence de la propriété légale sur les comportements d’engagement et, dans un deuxième temps, que cette propriété légale doit préalablement développer un sentiment de propriété chez les clients pour renforcer leur engagement. Cette recherche contribue également à comprendre comment la propriété légale peut renforcer la propriété psychologique.

Le second prix de Thèse Sphinx de 500 euros a été décerné à Mme. Florence NANDE pour sa thèse intitulée « Identités multiples d’un salarié : bien-être au travail et performance individuelle au travail » réalisée à l’Université de Montpellier sous la direction de professeure Nathalie COMMEIRAS.

Mme. Nande s’est intéressée dans sa recherche au lien entre les ressources identitaires et contextuelles, le bien-être au travail et la performance individuelle. Ces concepts font partie des préoccupations actuelles des entreprises. Sur le plan théorique, Mme. Nande a démontré que les liens entre les identités multiples et le bien-être au travail d’un côté mais aussi les identités multiples et la performance individuelle au travail demeurent très contrastées dans les recherches en management des Ressources Humaines. Cela dit, d’autres éléments interviennent dans ces relations tels que le contexte et les signaux organisationnels (menaces ou opportunités) et le mécanisme de réponse à ces signaux. Au total 7 hypothèses et 2 propositions de recherche ont été formulées. L’originalité du travail de la candidate découle notamment du dispositif méthodologique mixte dans la mesure où la candidate a mobilisé deux méthodes qualitatives (contextualisation et adaptation des échelles de mesure) en plus de la méthode quantitative confirmatoire pour tester son modèle de recherche appliqué au contexte universitaire français. Mme. Nande a en effet a mené une étude qualitative auprès de 33 enseignants-chercheurs, suivie d’une étude longitudinale auprès de 24 enseignants-chercheurs et a enfin mené une étude quantitative basée sur la collecte d’un questionnaire auprès de 400 enseignants-chercheurs.

La candidate a réalisé plusieurs types d’analyse (Analyses thématiques, modélisation par équations structurelles…) et a su mobiliser plusieurs logiciels statistiques. Le travail de Mme. Nande est de grande facture et ses résultats de recherche sont très intéressants. Elle a pu mettre en avant le rôle de l’environnement ainsi que les mécanismes identitaires en réponse à ses signaux dans la relation entre les identités multiples, le bien-être au travail et la performance individuelle au travail.

Toute l’équipe Sphinx félicite les deux lauréats pour la qualité de leurs travaux.

Cette édition a été coordonnée par Inès Bouzid, Enseignant-chercheur/Responsable du Prix de thèse Sphinx.

Haut de la page