Echelles positives ou négatives ? Quels effets sur les réponses

Une recherche menée en 2015 à l'université d'Utrecht aux Pays Bas [*] a étudié l’effet de la formulation des questions échelles sur les réponses.
Les 12 expérimentations réalisées avaient comme objectif de tester des formulations variées à partir de 13 paires d’adjectifs :

  • Une formulation positive associée à une échelle de Likert croissante ; exp. Cet ouvrage est intéressant => Pas d’accord [ ] [ ] [ ] [ ] [ ] D’accord.
  • Une formulation négative associée à une échelle de Likert croissante ; exp. Cet ouvrage n’est pas intéressant => Pas d’accord => Pas d’accord [ ] [ ] [ ] [ ] [ ] D’accord.
  • Une formulation bipolaire associée à une échelle sémantique différentielle ; exp. Cet ouvrage est inintéressant => [ ] [ ] [ ] [ ] [ ] Intéressant.

Selon l’analyse statistique, les répondants ont plus tendance à exprimer leur désaccord avec les propositions négatives que leur accord avec les propositions positives ou leur choix des échelons positifs dans une question bipolaire. Ceci était vrai pour la moitié des adjectifs testés, d’où les recommandations suivantes :

  • La lecture des réponses aux questions échelles doit rester proche des formulations et éviter toute interprétation absolue. En effet, être en désaccord avec l’item « cet ouvrage est fascinant » ne veut pas dire que l’ouvrage est ennuyeux mais qu’il n’est tout simplement pas fascinant.
  • Pour bien évaluer une idée, il est recommandé de multiplier les items qui s’y rapportent (exp. Cet ouvrage est fascinant, cet ouvrage est intéressant, cet ouvrage est prenant…). Toutefois, il est déconseillé d’alterner les formulations positives et négatives pour une interprétation homogène des réponses.

De quoi apporter plus de méthode dans la rédaction du questionnaire et de précision dans la lecture des réponses.

[*] Kamoen N., Holleman B., van den Bergh H., Positive, negative, and bipolar questions: The effect of question polarity on ratings of text readability, Survey Research Methods, 2013, Vol. 7, No. 3, pp. 181-189.

>>> Plus d'informations sur www.lesphinx.eu