Les enquêtes mobiles ? Un fort potentiel à consommer avec perspicacité !

A l’ère des consommateurs hyper connectés grâce à la démocratisation des Smartphones et désormais des tablettes, les marques peuvent aujourd’hui entrer en contact et solliciter leurs clients à tout moment. Le marketing mobile ouvre de nouvelles perspectives…

Des usages différents en fonction des supports

Interroger des consommateurs sur supports mobiles, c’est d’abord comprendre comment, quand et par qui ils sont utilisés.

Les chiffres sont édifiants : selon la Mobile Marketing Association France, on dénombre désormais plus de 24,1 millions de possesseurs de smartphones, soit 44,4% de la population française de 11 ans et plus. Les tablettes quant à elle se distinguent par une hausse du taux d’équipement de 132% en un an avec plus de 18,4% des foyers français équipés.  Le profil des utilisateurs correspond plutôt à des personnes diplômées, aux revenus élevés et sont aussi bien des hommes que des femmes.

L’enjeu pour les marques est de parvenir à capter leurs clients quand on sait que plus de 77% des mobinautes mentionnent se connecter à internet quasi quotidiennement. Le smartphone est plutôt le support mobile utilisé à tout moment et en tout lieu notamment lorsque l’utilisateur est en situation d’attente (transports, magasins…) alors que la tablette sera utilisée en mouvement mais à la maison souvent devant la télévision ou au lit. De même, le smartphone est davantage utilisé pour s’informer alors que la tablette est plutôt le support pour acheter.

Le canal des mobiles peut également être exploité pour les enquêtes en tant que mode de collecte ; la marque se doit de rendre l’expérience utilisateur fluide et attrayante pour lui donner envie d’aller jusqu’au bout du questionnaire.

Ces supports sont notamment adaptés dans le cas d’enquêtes en face à face via enquêteur ou en auto-administré (tablette intégrée dans une borne) où l’on souhaite recueillir une évaluation à chaud. Il faut alors prendre en considération qu’une connexion internet n’est pas toujours disponible et qu’il faut donc pouvoir réaliser de la saisie en mode déconnecté.

Un match partagé pour les enquêtes en mobilité

Au travers du fort équipement en smartphone, les enquêtes sur mobile ont le principal avantage de pouvoir toucher rapidement la cible de l’étude car le contact se fait via le support qui suit nos consommateurs, nos clients, au quotidien dans tous leurs déplacements (74% des possesseurs de smartphone ne quittent jamais leur domicile sans leur téléphone d’après une étude Ipsos MediaCT). Ceci est un avantage pour certaines problématiques d’étude où le ressenti à chaud est important comme par exemple dans le cadre d’enquête post-achat sur un site internet, post-visite sur une application mobile mais également sur des problématiques de parcours d’achat.

En revanche, lorsque l’interviewé répond depuis son smartphone, il peut être moins disponible pour répondre à une enquête et cet aspect doit être pris en considération. Le questionnaire devra alors être plus court (questionnaire flash), allant à l’essentiel avec davantage de questions fermées pour recueillir une information de qualité. Si le questionnaire est trop long, le risque d’abandon sera plus fort, la richesse des réponses spontanées sera moindre. Pour optimiser la qualité des données recueillies, il faut donc que la problématique et le questionnement se prêtent au support mobile. En effet la concentration moindre et cet aspect doivent être pris en compte dans les enquêtes en mobilité.

En conclusion

Le support mobile est un nouveau mode de contact et de collecte de données qui propose des avantages indéniables dans les études pour solliciter certaines cibles et certaines problématiques qui s’y prêtent. En revanche, la qualité des données recueillies doit rester la principale préoccupation du chargé d’études et en ce sens il est important de faciliter ou non la réponse depuis smartphone : la question du questionnaire en responsive design ou en questionnaire mobile avec contenu adapté au support se pose alors. Ce sont alors la problématique, la cible et la méthodologie qui permettront au chargé d’études de s’orienter vers l’une ou l’autre solution.

 

 

>>> Plus d'informations sur www.lesphinx.eu

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>