Cartes cognitives, analyse de contenu et analyse lexicale : des méthodes complémentaires !

Une recherche menée récemment avec le soutien de la société Le Sphinx et présentée à la conférence internationale « les méthodes qualitatives et les jeunes chercheurs » qui s’est déroulée du 1er au 3 septembre 2011 en Sicile, a démontré que la combinaison des trois méthodes assure des résultats plus fins, riches et agrégés. Elle peut être adoptée dans tous les types d’enquêtes, notamment les enquêtes de satisfaction. De quoi nous encourager à multiplier les approches méthodologiques !

Étude publiée dans un ouvrage collectif intitulé « Ricerca qualitativa e giovani studiosi» sous la direction de Klaus Krippendorf et Gevisa La Rocca, Social Books, Palermo, 2011, ISBN 978-88-95279-18-3.

A la croisée des forces et des faiblesses

Pour comprendre, explorer ou expliquer un phénomène, le chercheur ou le chargé d’études est de plus en plus amené à combiner plusieurs approches méthodologiques, notamment qualitatives. Cette triangulation permet, par l’utilisation des possibilités exclusives de chacune d’entre elles et la multiplication des angles de vue, de contrebalancer les faiblesses d’une approche ou d’une technique par les forces d’une autre et ainsi de produire des résultats plus pertinents.

Les cartes cognitives

Chaque méthode a ses avantages mais aussi ses inconvénients. La méthode des cartes cognitives est une méthode efficace pour analyser sur le plan individuel les raisonnements et les chaînages cognitifs. Mais cette analyse ne permet pas une agrégation, l’exploitation du corpus se limite à une exploitation individuelle. Elle permet, certes, de découper le corpus en phrases témoins, de définir leurs rôles pour le répondant et rendre compte des raisonnements individuels. Mais l’agrégation demande au chercheur ou chargé d’études un travail fastidieux.

L’analyse de contenu et l’analyse lexicale

L’analyse par la méthode de l’analyse de contenu et la méthode de l’analyse lexicale quant à elle, permet, contrairement à la méthode de la cartographie cognitive, une agrégation et une consolidation thématique du corpus. Cette agrégation est rapidement et facilement réalisable et peut être explicitée de manière plus objective.

Pour prendre connaissance des résultats de l’étude, cliquez sur le lien ci-dessous :

http://www.sphinxonline.net/IregeSI/younes/report.htm

Pour télécharger l’article de recherche, cliquez ICI

 

>>> Plus d'informations sur www.lesphinx.eu

Prix de Thèse Sphinx 2012

Dans le cadre de sa politique d'encouragement de l'enseignement et de la recherche universitaire, la société Le Sphinx reconduit la distinction des meilleurs travaux doctoraux en sciences économiques et de gestion et décerne son Prix Sphinx 2012.

Le Prix de thèse Sphinx a pour but de distinguer des jeunes chercheurs dont les travaux sont d'une grande qualité notamment sur le plan méthodologique. L'objectif est de valoriser la recherche et les publications scientifiques et de renforcer la collaboration entre les grandes écoles et universités et la société Le Sphinx dans le domaine des techniques d'enquêtes et de l'analyse des données.

Les deux lauréats du Prix de thèse Sphinx 2012 recevront respectivement un prix de 1 000 et 500 euros.

Les modalités précises de l'organisation du Prix sont accessibles en cliquant sur : http://infos.lesphinx.eu/SphinxLaB/PrixSphinx2012.pdf

>>> Plus d'informations sur www.lesphinx.eu

Le rôle des réseaux sociaux et des TIC dans les révolutions arabes : les résultats d’une enquête

Tous les observateurs s’accordent sur le fait que le succès rapide du soulèvement populaire de 2011 dans les pays du sud de la méditerranée (Tunisie, Egypte, Libye…) n'aurait pas été possible sans les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), les réseaux sociaux (Facebook, Twitter…) et la téléphonie mobile. Ces nouveaux moyens de communication ont offert à ces peuples un nouvel espace d’auto-organisation et de parole pour bien mener leurs révolutions. Quels sont les acteurs et quel usage des TIC et du Web 2.0 ?

Pour répondre à ces questions, un collectif de chercheurs d’universités françaises et tunisiennes a mené, juste après les événements et avec le soutien de la société Sphinx, une enquête en trois langues (arabe, anglais et français). La méthode utilisée est la méthode de mur d’images, une méthode de recherche mixte expérimentée par le département R&D de la société Le Sphinx avec la collaboration de plusieurs chercheurs en sciences humaines et sociales. C’est une méthode originale par la combinaison de l’approche qualitative avec l’approche quantitative à travers l’utilisation des images. 859 personnes de plusieurs pays du pourtour méditerranéen (Algérie, Maroc, Tunisie, France, Espagne…) ont répondu à cette enquête.

 Les résultats de cette enquête sont présentés dans deux conférences internationales :

- Colloque international « Usages et pratiques des publics dans les pays du sud : Des médias classiques aux TIC », du 4 au 6 avril 2012, Agadir, Maroc.

- XIe Conférence Internationale sur les Représentations Sociales, du 25 au 28 juin 2012, Evora, Portugal.

Pour prendre connaissance des résultats, cliquez sur le lien ci-dessous :

http://www.sphinxonline.net/IregeSI/reflets_resultats/report.htm

Pour télécharger l’article de recherche, cliquez sur Article

>>> Plus d'informations sur www.lesphinx.eu

Le rôle avéré de l'interactivité dans la performance des enquêtes en ligne

L'interactivité n'est pas qu'un vain mot !
Une thèse récente, soutenue en novembre 2011 par la chercheuse Wahiba Moreno-Bouzidi à l'IAE Savoie Mont-Blanc d'Annecy, vient de prouver qu'un questionnaire interactif influe de manière déterminante sur la qualité des réponses obtenues. Deux atouts majeurs sont pointés :
- L'usage du multimédia (images, vidéos...) améliore la complétude et la variabilité des réponses.
- L'interpellation du répondant optimise la richesse des réponses.
De quoi nous inciter à donner du rythme à nos enquêtes en ligne...

La mutation de l'étape de la collecte

Le sujet de cette recherche est on ne peut plus d'actualité. Le développement considérable d'Internet (34 millions d'utilisateurs en 2012 et plus de 1 million supplémentaire chaque année) bouleverse les pratiques des enquêtes. Les enquêtes en ligne sont l'occasion de mutations technologiques importantes, en particulier à l'étape de la collecte où de nouveaux usages s'installent. Aujourd'hui, tests de produits, de concepts et études de satisfaction s'orientent vers le Web, encouragés par le nombre croissant de logiciels dédiés.

Les enquêtes en ligne et l’interactivité en question

Une évolution qui autorise une grande richesse de supports de communication (images, vidéos, sons etc.) mais qui méritait d'être interrogée. Avant que l'ensemble des enquêtes (statistiques officielles et institutionnelles, observatoires d'opinion publique, recherche scientifique etc.) ne suivent le mouvement, une question s'imposait sur ce nouveau format des enquêtes en ligne : quel est l'impact de leur principale caractéristique, à savoir l'interactivité du questionnaire, sur la performance et l'efficacité des enquêtes ?

Des avantages de l'interactivité...

C'est en questionnant ces aspects interactifs que la chercheuse a pu mettre en avant leurs réels apports, à plusieurs niveaux. On connaissait déjà l'intérêt des enquêtes en ligne en termes de réduction des coûts, des délais et des risques d'erreurs. Le fait qu'elles facilitent la collecte d'information n'était pas non plus à démontrer. Mais leur performance qualitative n'était jusqu'à présent pas démontrée. C'est aujourd'hui chose faite : non seulement l'interactivité technologique améliore l'interpellation et l'implication du répondant, mais elle améliore aussi la qualité des réponses, à travers leur complétude, leur variabilité et leur richesse. A cela s'ajoute le fait que plus un répondant perçoit cette interactivité, plus il est satisfait et plus ses réponses sont de qualité !

L'interactivité, une expérience à développer

Ce travail scientifique constitue donc une étape clé dans l'étude des enquêtes en ligne. Il a permis de redéfinir le concept d'« interactivité » comme faisant référence à la communication réciproque entre un utilisateur et un média à travers 3 dimensions : interactivité technologique, interactivité perçue et interactivité comportementale (effective). Il a mis en avant des apports méthodologiques mais aussi managériaux, en démontrant l'utilité des fonctionnalités interactives d'un questionnaire.

Dans un contexte de généralisation des enquêtes en ligne, l'interactivité favorise des questionnaires « implicants » sur le fond comme sur la forme (d'où l'importance du design des enquêtes), des questionnaires qui sont vécus par les répondants comme des expériences à par entière (celle d' être utile, de participer à un projet...) et qui laissent émerger des émotions. Bien loin des craintes de dépersonnalisation véhiculées par le Web, l’interactivité offre de nouvelles perspectives au domaine des enquêtes.

>>> Plus d'informations sur www.lesphinx.eu