Résultats du Prix de thèse Sphinx 2015


1. Prix de thèse Sphinx

Dans le cadre de sa politique d’encouragement de l’enseignement et de la recherche universitaire, la société Le Sphinx (www.lesphinx.eu) décerne chaque année deux prix aux meilleurs travaux doctoraux en sciences de gestion, en sciences de l’Information et de la Communication et en sciences de l’Education.

Le Prix de thèse Sphinx a pour but de distinguer de jeunes chercheurs dont les travaux sont d’une grande qualité scientifique et notamment méthodologique. L’objectif est de valoriser la recherche et les publications scientifiques et de renforcer la collaboration entre les grandes écoles/universités et la société Le Sphinx dans le domaine des techniques d’enquêtes et de l’analyse des données. Les thèses éligibles doivent être rédigées en langue française et avoir été soutenues dans une université française ou francophone.

Les critères pris en compte par le jury pour sélectionner les lauréats sont notamment la pertinence des résultats, l'originalité et la richesse des méthodes utilisées lors de l’étude empirique (combinaison des approches Quali/Quanti, protocoles innovants de collecte et d’analyse, expérimentation…), l'impact théorique et managérial des résultats obtenus, et la qualité de la rédaction. L’usage des logiciels Sphinx n’est pas un critère de sélection pour ce prix.

2. Compte-rendu

La procédure de sélection est pilotée par Dr. Younès Boughzala et présidé par Pr. Jean Moscarola, professeur émérite à l’Université de Grenoble. 15 enseignants-chercheurs d’institutions françaises ou étrangères sont sollicités dans le cadre du processus de sélection.

La procédure de sélection s’est déroulée en trois étapes : l’information sur la production d’un dossier de Prix thèse, une étape de pré-sélection et une étape de désignation des deux lauréats.

Au total, nous avons reçu 16 dossiers de candidature. 7 thèses en Marketing, 3 thèses en Stratégie, 2 thèses en Economie, 1 thèse en Systèmes d’Information, 1 thèse en Psychopédagogie, 1 thèse en Ressources Humaines et 1 thèse en Architecture.

Ces candidatures proviennent d’universités françaises (11) et étrangères (5).

Les universités françaises : Université Paris-Dauphine (2), Université Panthéon Sorbonne (2), Université de Grenoble (1), Université Paris Ouest Nanterre La Défense (1), Université de Nantes (1), Université Jean Moulin (1), Conservatoire National des Arts et Métiers (1), Université Aix-Marseille (1), Université d’Auvergne (1).

Les universités étrangères : Université Laval – Canada (1), Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Sfax – Tunisie (1), Université Moulay Ismaïl de Meknès – Algérie (1), Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme – Algérie (1), Faculté des Sciences Economiques, de Gestion et des Sciences Commerciales – Algérie (1).

Le jury de pré-sélection qui s'est tenu le 18 octobre 2015 sous la présidence de Pr. Jean Moscarola et a sélectionné 8 finalistes. Toutes les thèses se distinguent par une grande qualité et rigueur méthodologiques. 70% des travaux combine l’approche qualitative avec l’approche quantitative. 30% des candidats utilise les logiciels Sphinx.

3. Les finalistes :

Alice AUDREZET, Université Paris-Dauphine (France), «L’ambivalence des consommateurs : Proposition d’un nouvel outil de mesure», sous la direction de Pr. Christian PINSON.

Aurélie HEMONNET-GOUJOT, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (France), «La collaboration entre le marketing et les agences de design : Quelle influence sur le processus de développement de nouveaux produits ?», sous la direction de Pr. Delphine MANCEAU.

Bruno Emanuel MORGADO FERREIRA, Université d’Auvergne (France), «L’influence de la texture d’un emballage : une approche par des méthodes explicites et implicites», Sous la direction des Pr. Sonia CAPELLI et Olivier TRENDEL

Caroline MORRONGIELLO, Université de Grenoble (France), «De l’empowerment à l’engagement du client sur les plateformes en ligne : Ou comment favoriser l’activité des clients sur Internet», Sous la direction des Pr. Gilles N’GOALA et Dominique KREZIAK.

Marie-Eve LAPORTE, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (France), «La Perception du Risque Nutritionnel par le consommateur, un nouveau levier pour expliquer les comportements alimentaires», sous la direction des Pr. Géraldine MICHEL et Sophie RIEUNIER.

Matthias PEPIN, Université Laval (Canada), «Apprendre à s’entreprendre en milieu scolaire : Une étude de cas collaborative à l’école primaire», sous la direction de Pr. Serge DESGAGNE.

Mondher FEKI, Université Paris Ouest Nanterre La Défense (France), «Configurations stratégiques et contribution du système d’information à la performance des entreprises industrielles», sous la direction de Pr. Rolande MARCINIAK.

Wejdene YANGUI, Faculté des Sciences Économiques et de Gestion Sfax (Tunisie), «Consommation alimentaire moderne et besoin de réassurance : proposition et test d'un modèle intégrateur», sous la direction de Pr. Nibrass HAJTAÏEB EL AOUD.

4. Les lauréats :

Après examen des évaluations des membres de jury, le président de jury Pr. Jean MOSCAROLA s’est réuni avec le comité d’organisation le 25 février 2016 et a retenu deux lauréats :

Le premier prix de 1000 euros est attribué à Mme Marie-Eve LAPORTE pour sa thèse intitulée « La Perception du Risque Nutritionnel par le consommateur, un nouveau levier pour expliquer les comportements alimentaires » (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction des Pr. Géraldine MICHEL et Sophie RIEUNIER).

Ce travail de grande qualité se distingue particulièrement par la pertinence et l’originalité du sujet (risque nutritionnel et comportement alimentaire) et la rigueur de l’étude empirique. Sur le plan méthodologique, c’est un très bon exemple de combinaison des approches qualitatives (exercices projectifs, immersion et entretiens approfondies) et quantitatives (2 expérimentations avec des échantillons de 280 et 296 personnes) pour la collecte et l’analyse de données. Les analyses sont effectués avec les logiciels INVIVO et SPSS. Les résultats et implications de ce travail sont très intéressants en matière de santé publique. Ils incitent les pouvoirs publics à intégrer les dimensions culturelle et sociale de l’alimentation pour améliorer les comportements des consommateurs.

Le second prix de 500 euros est attribué à M. Matthias PEPIN pour sa thèse intitulée « Apprendre à s’entreprendre en milieu scolaire : Une étude de cas collaborative à l’école primaire » (Université Laval, sous la direction de Pr. Serge DESGAGNE).

Ce travail se distingue par une très bonne connaissance de la problématique étudiée, la pertinence du sujet (entreprenariat), la qualité des outils de recherche mobilisés (entretiens, conseils de classe, création de magasins, observation participante, études de cas…), les implications proposées, le parcours professionnel du candidat et le potentiel de publication.

>>> Plus d'informations sur www.lesphinx.eu